LIBERTE D’EXPRESSION// La ville de Metz s’attaque à la liberté d’expression

Si les communistes n’attendaient aucun progrès démocratique à Metz de la part du maire François
Grosdidier, force est de constater que ses actions depuis le début de son mandat vont même jusqu’à s’en
prendre à l’un des piliers de la vie démocratique : la liberté d’expression.


M. Grosdidier a notamment décidé de diviser le nombre de conseils municipaux par deux : auparavant
mensuels, ils seront désormais bimestriels. Cela témoigne déjà d’une volonté de museler
l’opposition, en réduisant de moitié son temps d’expression.


Mais un autre aspect de sa politique en la matière nous alerte encore davantage : depuis son arrivée à la
mairie, une véritable stratégie d’acharnement a été mise en place envers les militants des
organisations progressistes qui collent des affiches en ville.
Plusieurs d’entre elles ont vu leurs affiches
collées hors des panneaux d’expression libre retirées prestement par la mairie, avant de recevoir des
amendes. Cela concerne les communistes, mais aussi d’autres partis, associations et syndicats.


En théorie, la mairie est dans son bon droit en agissant ainsi : l’affichage sauvage en dehors des espaces
prévus à cet effet est illégal. Toutefois, les colleurs d’affiches ne le font pas par plaisir mais par nécessité.
Les panneaux d’expression libre, présents partout sur le territoire messin, sont en effet parasités par des
affiches à caractère commercial
(publicités, annonces de concerts…) alors que la loi les réserve à
l’expression citoyenne (politique, syndicale ou associative par exemple).


Ces affichages commerciaux sont illégaux et empêchent les citoyens de s’exprimer dans l’espace public. Il
est de la responsabilité du maire, en vertu des pouvoirs de police dont il dispose, de garantir que ces
panneaux de libre expression sont utilisés comme ils doivent l’être.


Les communistes appellent l’ensemble des organisations progressistes messines à se saisir de ce sujet, et réclament de M. Grosdidier des actions concrètes et rapides pour garantir la liberté d’expression de tous
dans l’espace public,
en sanctionnant les affichages commerciaux et en garantissant notre droit à utiliser
ces panneaux d’expression libre.


A l’heure où des questions cruciales pour la population sont tranchées sans débat à coups de 49.3 à
l’Assemblée Nationale, à l’heure où des menaces planent sur notre système de retraites et sur nos autres
conquêtes sociales, notre liberté d’expression est un outil précieux qu’il faut défendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s