Suite aux élections / Urgence démocratique !

C’est l’été ! Et nous sommes nombreux à vouloir prendre le temps de respirer et de se retrouver pour récupérer d’une année écoulée particulièrement difficile. Mais l’été n’annule pas les inégalités et les difficultés, qui touchent une partie importante de la population, comme en témoigne le nombre de titulaires des minimas sociaux, ou encore la situation des jeunes, qui ont particulièrement souffert. Le pouvoir n’a pas baissé la garde dans sa volonté de casser notre modèle social pour mieux répondre aux exigences des financiers…

La crise sanitaire a pourtant fait la démonstration, si besoin était, de la nécessité de changer de modèle : de relocaliser les industries, de promouvoir les services publics et reconstruire un système de santé. Macron poursuit sa feuille de route au service de la classe sociale qui l’a installé au pourvoir. Les questions sociales trouvent peu de place dans les grands médias, au service exclusif du duel Macron/Le Pen, pour mieux verrouiller le débat politique.

Les français se sont détournés des urnes, non pas par désintérêt de la chose publique, mais percevant ces élections comme coupées de leurs préoccupations concrètes et en incapacité de les résoudre. La crise démocratique sert le pouvoir. Les institutions continuent de fonctionner malgré la progression structurelle de l’abstention.

La démocratie a besoin que les institutions se transforment radicalement pour permettre une souveraineté populaire sur les choix économiques et sociaux.

L’abstention a été particulièrement importante en Moselle. Dans certains bureaux la participation n’a pas dépassé les 10 % ! 

En Moselle, le résultat des départementales se traduit par une poussée de la droite, le nombre d’élus de gauche (socialiste) recule fortement. Le rassemblement avec Moselle en Commun n’a pas été suffisant pour redonner la confiance et créer la dynamique nécessaire. Il faudra tirer les enseignements de cette situation.

Les candidats communistes, avec leur binôme, réalisent de bons scores et ont accédé au second tour dans 3 cantons. Il faut également souligner le retour de 3 communistes au Conseil régional du Grand Est : nos camarades, Hülliya Turan (Strasbourg), Sandra Blaise (Vosges) et Bora Yilmaz (Nancy).

Leurs élections seront non seulement un point d’appui pour l’activité des communistes au niveau régional, mais également d’une grande utilité pour le mouvement social, qui trouvera auprès de ces élus un relais dans cette institution. Un collectif de travail sera mis en place pour les seconder dans leurs activités.

Mais ce résultat positif ne nous fait pas oublier la forte abstention et la nécessité de reconstruire la politique. Les communistes entendent y contribuer :

L’urgence est de donner plus de pouvoir
et de droit d’intervention aux citoyens.
La Ve République se meurt.
Il faut, avec les citoyens, en inventer une nouvelle.
3 communistes au Conseil régional du Grand Est : Hülliya Turan (Strasbourg), Sandra Blaise (Vosges) et Bora Yilmaz (Nancy)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s